escadrons de la mort argentine

Celle-ci a fait plus de 30 000 victimes. Le personnage clé de cette organisation est le père Georges Grasset, qui a été le confesseur personnel de Videla [un des chefs de la junte militaire argentine, ndlr], et qui vit encore en Argentine. Escadrons de la Mort : L'Ecole Française (d'après un livre de Marie-Monique Robin (connue pour son procès contre le très toxique Monsanto), dont elle a aussi fait un film documentaire qui a obtenu le prix du « meilleur documentaire politique de l'année » discerné à l'Assemblée nationale) D'un autre côté, José María Boccardo, ancien membre de la Triple A, a participé avec Jean-Pierre Cherid et d'autres dans l'assassinat, en 1978, d'Argala, un etarra qui avait lui-même participé à l'assassinat du premier ministre de Franco, Luis Carrero Blanco, en 1973 — événement déclencheur de la transition démocratique espagnole[7]. C’est làque j’ai rencontré Luis Roldan, ex-sous secrétaire du Culte sous Menem [président de l’Argentine entre 1989 et 1999, ndlr]. Le film documentaire Escadrons de la Mort : l’école française, réalisé par la journaliste et historienne française Marie-Monique Robin décrit la participation et la collaboration des militaires français avec les dictatures sud-américaines durant les années 1970 et 1980, en particulier avec la junte militaire argentine [1976 - 1983, ndlr].  ». Un accord secret liant Paris à Buenos Aires était en vigueur de 1959 à 1981, date de l'élection de François Mitterrand à la présidence. En mai 1974, elle assassine le curé jésuite Carlos Mujica, membre du Mouvement des prêtres du Tiers-monde (proche de la théologie de la libération). Il y a eu des liens entre l’extrême droite française et l’Argentine depuis les années 1930. Dans le film, le général Balza explique cela très clairement lorsqu’il dit - en parlant des militaires argentins àla fin des années 1950 - qu’ils se préparaient pour une guerre virtuelle, fictive. L’Alliance anticommuniste argentine (espagnol : Alianza Anticomunista Argentina, AAA ou Triple A), fondée par José López Rega, était un escadron de la mort actif en Argentine lors de la « guerre sale » dans les années 1970. Au Brésil, ils ont donné des cours ponctuellement àManaus [capital de l’Etat Amazonas, ndlr]. Le modèle de la guerre antisubversive - Escadrons de la mort et disparitions - Camouflages - Le « dispositif de protection urbaine » du colonel Trinquier - La création des 5 es bureaux - Les bleus de chauffe du capitaine Léger - Un modèle reproduit dans toute l'Algérie - 9. Subject: Escadrons de la mort : l'école française " Escadrons de la mort : l'école française". nécessaire]. Sudamericana; Édition : Translatio (Oct 2005). Lorsque je suis allée àLa Reja, j’ai parlé avec un curé français qui m’a dit : « Pour sauver l’âme d’un curé communiste, il faut le tuer  ». Mars 1976 : le général Rafael Videla prend le pouvoir en Argentine. Réseau d'Information et de Solidarité avec l'Amérique Latine (RISAL). La Cité éditait une revue, Le Verbe, qui a eu beaucoup d’influence sur les militaires durant la guerre d’Algérie, notamment pour justifier l’utilisation de la torture. 453 pages. Pendant son exil secret en Espagne, Almiron fut le garde de corps du dirigeant politique Manuel Fraga Iribarne, ministre du Tourisme sous Franco puis ministre de l'Intérieur lors de la transition démocratique. Comme la population civile est méfiante, il fallait quadriller le territoire : on attribuait àchaque général une zone, et des sous-zones étaient confiées àun capitaine ou àun lieutenant. Les méthodes utilisées dans la "Bataille d’Alger" [le 7 janvier 1957, les pleins pouvoirs de police sur le Grand Alger - 800.000 habitants - sont attribués au général Jacques Massu, qui commande quelque 6000 parachutistes, ndlr] ont été exportées àl’Ecole de Guerre de Buenos-Aires. Le film documentaire Escadrons de la mort : l’école française, réalisé par la journaliste et historienne française Marie-Monique Robin, qui est sorti en salle le 14 octobre avec le parrainage du Centre d’étude juridique et social (CELS) décrit la participation et la collaboration des militaires français avec les dictatures sud-américaines durant les années 1970 et 1980, en particulier avec la junte militaire … Le renseignement est fondamental : et qui dit renseignement dit interrogatoire, et donc torture (pour prétendument tirer les informations). Aussitôt après l’Etat major argentin organise une réunion de crise et le Ministère de la défense dégrade les généraux ayant témoigné. Au cours d’un procès en 2005, « Bergoglio a invoqué à deux reprises son droit, en vertu de la loi argentine, de refuser de comparaître devant la cour. Escadrons de la mort : l’école française commence par la voix de quelques ex-combattants français en Indochine et en Algérie qu’on entre dans le sujet. Le film affirme que les militaires argentins ont été les meilleurs élèves de l’école française. Escadrons de la mort, l'école française Marie-Monique ROBIN Dans les années 1970 et 1980, les dictatures militaires du Cône sud de l’Amérique latine ont férocement réprimé leurs opposants, utilisant à grande échelle les techniques de la « guerre sale » (rafles, torture, exécutions, escadrons de la mort…). Le juge espagnol Baltasar Garzon a démontré que Stefano Delle Chiaie avait travaillé avec la Triple A. Selon le documentaire de Marie-Monique Robin, Escadrons de la mort, l'école française (2004), des anciens de l'OAS exilés en Argentine, ainsi que des officiers de renseignement français, ont participé à la formation en techniques de contre-insurrection de l'armée argentine. Elle a été créée par José López Rega, ministre des affaires sociales entre 1973 et 1975. l'entière responsabilité de l'auteur-e et ne reflètent pas nécessairement ceux du Reportage sur le génocide contre les Tutsis du Rwanda, 1994. 50 relations. Liés à l'armée, nombre de ses membres intégrèrent ensuite les services de sécurité de la dictature. Escadrons de la mort,l’école française, Éd. Les escadrons de la mort argentins (l'Alliance anticommuniste argentine) ont fait plus de 1 500 victimes dans les années 1970 dans le cadre de la répression des militants d'abord de l'aile gauche péroniste puis des militants de gauche et communistes. On estime à environ 1 500 le nombre de victimes de la Triple A elle-même [1]. Dans la pratique, l’arrivée des Français en Argentine a entraîné une extension massive des services de renseignements et l’utilisation de la torture en tant que principale arme de la guerre anti-subversive dans le concept de guerre moderne. Ces témoignages historiques sont complétés par les récits de deux ex-cadets de la Marine, emprisonnés et renvoyés parce qu’ils ont dénoncé l’utilisation de la torture, et par les histoires de quelques survivants et de Horacio Mendez Carrera, avocat des disparus français en Argentine, et de Maria del Rosario Cerruti, une mère de la Plaza de Mayo [ces femmes qui ont, avec une volonté et un courage sans faille, réclamé dès avril 1977 que la vérité soit faite sur les crimes de la dictature au pouvoir]. En quoi a consisté la participation des militaires français durant la dernière dictature en Argentine ? 539 pages. L'AAA cible ensuite jusqu'à 500 personnes, dont des membres des Montoneros, de l'ERP, des Forces armées péronistes, du Parti communiste uruguayen (Raúl Feldman Parachnik, le 26 décembre 1974, lors d'une opération de la Triple A contre le MAASLA, ou Movimiento Argentino Antiimperialista de Solidaridad con Latinoámerica [5]), etc., ou des sympathisants de ces groupes d’extrême gauche (Julio Troxler le 20 septembre 1974), ainsi que des juges, des commissaires de police, des étudiants, des intellectuels, des ouvriers et toutes sortes de militants de gauche, soupçonnés de sympathie pour le communisme, ou de façon plus large, pour la gauche radicale. Pourquoi ? Escadrons de la mort, l'école française synopsis « Une prouesse journalistique. On y a également pratiqué les disparitions forcées, avec un bilan de 30.000 personnes disparues. Preuve en est ce qu’ils ont fait et ce qu’ils veulent occulter. Le problème avec les investigations au long cours c’est qu’elles ne vous lâchent pas ! Source : Página 12 (http://www.pagina12web.com.ar), Argentine, 13 octobre 2004. Exécutions sommaires, tortures, disparitions : qu’ils s’appellent Stroessner au Paraguay ou Pinochet au Chili, tous mènent une répression féroce au nom de la lutte contre le communisme. Postérieurement le groupe paramilitaire élargit les assassinats au reste de la gauche non-péroniste. Dans cet épisode, des rumeurs indiquent aussi la présence de Stefano delle Chiaie, néofasciste italien impliqué dans la « stratégie de la tension », et dont la participation est aussi signalée lors du Massacre d'Ezeiza en 1973, le jour du retour en Argentine du général Peron — massacre auquel la Triple A a participé. Jamais ! Le blog ouvert par Arte, rubrique : "Escadrons de la mort" Cliquez sur l'image « Avec ce film, la réalisatrice Marie-Monique Robin a réussi un tour de force : secouer la mémoire d’un pays – l’Argentine – et déclencher une réaction en chaîne dont les effets se font encore sentir aujourd'hui. Dans un document diffuse sur Canal+ (première diffusion lundi1er septembre a 23 h 05), la réalisatrice Marie-Monique Robin révèle que des militaires français, forts de leur expérience de la bataille d'Alger, ont conseillé les militaires chiliens et argentins pendant les années de dictature. Coordonnée à un niveau continental grâce au fameux « Plan Condor », la guerre sale fait des dizaines de milliers de victimes sous l’oeil bienveillant des États-Unis, qui fournissent un so… José López Rega se servait des fonds du ministère des Affaires sociales qu'il dirigeait pour financer le groupe terroriste. (source : Los Andes). Désormais, tous les pays du cône sud vivent sous la coupe des militaires. L’intégrisme catholique français a joué un rôle très important dans l’exportation de la doctrine française, en lui fournissant une base idéologique, notamment par le biais de l’ainsi dénommée "Cité catholique". Les Escadrons de la mort étaient des groupes paramilitaires d'extrême droite uruguayens, qui firent plusieurs attentats et assassinats dans les années 1960-70. En effet, pour les militaires argentins, jusqu’àl’arrivée des Français, l’ennemi venait de l’extérieur, du Chili, du Paraguay. Collection : Cahiers libres. A la fin des années 1950, la Cité catholique [courant catholique intégriste, ndlr] s’est installée en Argentine sous le même nom, et avec la même revue. La police était sous le contrôle de l’Armée, et ce sont les militaires eux-mêmes qui menaient les interrogatoires. Mais avec cette nouvelle conception, l’ennemi pouvait être un voisin, un enseignant, un péroniste ou un militant de gauche qui mettait en péril les valeurs occidentales. Les Escadrons de la mort (dont les DAN, les CCT ou Comando Caza Tupamaros, « Commandos de chasse aux Tupamaros », ou les JUP, Juventud Uruguaya de Pie ou « Jeunesse uruguayenne debout ») étaient des groupes paramilitaires d'extrême droite uruguayens, qui firent plusieurs attentats et assassinats dans les années 1960-70. Le général Ramon Diaz Bessone doit être furieux àcause de ce que j’ai enregistré. Il s'agirait de membres de l'OAS exilés en Argentine à la solde de l'armée et des groupes d'extrême droite. Escadrons de la mort, l'école française. Le film documentaire Escadrons de la Mort : l’école française, réalisé par la journaliste et historienne française Marie-Monique Robin décrit la participation et la collaboration des militaires français avec les dictatures sud-américaines durant les années 1970 et 1980, en particulier avec la junte militaire argentine [1976 - 1983, ndlr]. Honduras. Bruno Genta et Juan Carlos Goyeneche représentent cette idéologie, partagée par les officiers qui allaient prendre le pouvoir en Argentine 20 ans plus tard. L'État argentin a d'ailleurs cherché à justifier les actes de terrorisme commis au début des années 1980 en invoquant la « théorie des deux démons » – théorie qui dressait une équivalence entre, d'une part, les crimes commis par les juntes militaires et leurs escadrons de la mort, et, d'autre part, l'action révolutionnaire des groupes armés de gauche Il m’a été présenté par Dominique Lagneau, le curé directeur du monastère, comme étant « Monsieur Cité catholique en Argentine  ». La Découverte (15 Sep 2004). Marie-Monique Robin parvient à dévoiler les secrets les mieux cachés des forces armées argentines, lesquels sont indispensables pour comprendre ce qu'il nous est arrivé. Aux Etats-Unis, les militaires français ne sont restés que deux ou trois ans. A cette époque, Fidel Castro n’était pas au pouvoir àCuba, la guérilla argentine n’existait pas en tant que telle, et le poids du Parti communiste n’était pas important. Le coup militaire de 76 est le fruit d’une lente préparation qui a débuté dans les années 1950. Vous avez raison, le terme fait plutôt penser à l'Amérique latine, mais ce qu'on ne sait pas, c'est que le modèle des escadrons de la mort vient de l'expérience des français en Indochine, et surtout, en Algérie. Selon des rumeurs non confirmées, certains membres de la Triple A, dont notamment Rodolfo Eduardo Almiron, ont participé à la fusillade de Montejurra en 1976, en Espagne, lorsque des snipers ont tiré sur la foule de Carlistes faisant un mort, un an à peine après la mort de Franco [6]. L’Argentine est le seul pays où il y a eu une mission militaire permanente pendant 20 ans. Cela a été le cas notamment en ce qui concerne la conception de l’ennemi intérieur, qui était àla base de la doctrine française, issue de leur expérience dans la lutte contre un ennemi en milieu urbain. A l’époque où Lopez Aufranc se formait àParis, il y avait la Guerre froide ; il n’y avait pas d’ennemi, mais ils étaient convaincus que la Troisième Guerre mondiale menaçait. Les Escadrons de la mort (dont les DAN, les CCT ou Comando Caza Tupamaros, « Commandos de chasse aux Tupamaros », ou les JUP, Juventud Uruguaya de Pie ou « Jeunesse uruguayenne debout ») étaient des groupes paramilitaires d'extrême droite uruguayens, qui firent plusieurs attentats et assassinats dans les années 1960-70. Documentaire "Les escadrons de la mort: L'École Française" qui explique les techniques utilisé par les gouvernements pendant les Guerres Civiles. Cette congrégation possède quatre monastères en Argentine, la principale àLa Reja. (ISBN 950072684X) Articles connexes Journaliste au quotidien argentin Página 12. La Découverte, septembre 2004, 22 €. C’est en 1957 que les premiers officiers argentins, dont Alcides Lopez Aufranc, sont arrivés àParis pour suivre durant deux ans des cours de l’Ecole de Guerre. Voir en ligne : Página 12. (ISBN 2707141631) Los Escuadrones De La Muerte/ the Death Squadron, de Marie-Monique Robin. Guide spirituel de l’OAS (l’organisation de l’armée secrète) qui, avec ses commandos Delta (escadrons de la mort) a essayé d’empêcher par les armes l’indépendance de l’Algérie. La dernière modification de cette page a été faite le 22 septembre 2020 à 13:27. Des rapports déclassifiés ont confirmé l'aide économique apportée par l'Argentine, le Brésil et le Paraguay, ainsi que le soutien apporté à ce groupe … Traduction : revue A l’encontre (http://www.alencontre.org). L’influence française a été théorique, technique et idéologique. Le but initial de la Triple A était probablement l'élimination physique des partisans de gauche du péronisme, étant donné que Lopez Rega représentait l'aile droite du parti. Luis Esteban Kyburg aurait participé à des "escadrons de la mort" chargés d'exécuter des opposants au régime argentin entre 1976 et 1983. Ce n’est pas un pur hasard si les militaires français sont restés en Argentine pendant 20 ans sans discontinuer. Extradé en Argentine le 19 mars 2008, il est décédé le 5 juin 2009 à l'hôpital Ramos Mejia Buenos Aires, où il avait été hospitalisé après avoir passé plus d'un an en détention dans la prison de Marcos Paz et assigné à résidence pour des accusations de crimes contre l'humanité qui pesait contre lui. Les opinions exprimées et les arguments avancés dans cet article demeurent Escadrons de la mort, l'école française, de Marie-Monique Robin. Le 30 octobre 1976 dans la nuit de Buenos Aires, un escadron de la mort fait sauter à l’explosif la porte d’entrée de la maison de Betty et Carlos Abriata. Son livre rejoint de plein droit le cercle réduit des grands classiques nationaux » Est-ce que vous avez dà» utiliser une caméra cachée pour certaines séquences ? Surnommée patota, la brigade secrète est composée de militaires et de policiers. La célèbre Bataille d’Alger était caractérisée par le fait que les pouvoirs de la Police ont été délégués àl’Armée, et en particulier aux parachutistes. C'est que Escadrons de la mort : école française est un reportage autant historique que d’actualité. Les décrets signés, en 1975, durant le gouvernement d’Isabel Perón pour exterminer la guérilla et les décrets militaires qui ont instauré la dictature [en 1976, ndlr], ont tous les deux été inspirés de textes français. Argentine: Les Escadrons de la mort, L'École à la française Les Escadrons de la mort, L’école à la française. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Née en 1960, Marie-Monique Robin est lauréate du Prix Albert Londres (1995). Il y a également des témoignages de quelques élèves exemplaires comme, entre autres, l’ex-ministre de l’Intérieur pendant la dictature, Albano Harguindeguy, l’ex-président, de fait, Reynaldo Bignone, et Manuel Contreras, chef de la DINA, la police secrète chilienne. Quelles sont les différences dans l’utilisation de la technique militaire en Algérie et en Argentine ? Formé et encadré par la Central Intelligence Agency puis par les officiers argentins (dans le cadre de l' opération Charly ), ils pratiquaient l' enlèvement, la torture et l'assassinat. Elle organise des cellules àl’intérieur de l’armée et connaît un développement important pendant le gouvernement du général Onganía [en 1969, ndlr]. De réputation notoire, la Triple A bénéficiait d'un appui tacite important de la part des militaires et du chef de l'armée Jorge Rafael Videla, qui prendra le pouvoir lors du coup d'État de mars 1976. Diffusé sur la chaîne française Canal+ le 1er septembre, le reportage de la journaliste Marie-Monique Robin, intitulé "Escadrons de la mort: l'école française", pourrait être à l'origine de poursuites judiciaires contre des personnalités françaises en poste en France à l'époque de la dictature Argentine (1976-1982). Après avoir été relâché, le prêtre Orlando Yorio a accusé Bergoglio de les avoir livrés aux escadrons de la mort. Selon des rumeurs non confirmées, certains membres de la Triple A, dont notamment Rodolfo Eduardo Almiron, ont participé à la fusillade de Montejurra en 1976, en Espagne, lorsque des snipers ont tiré sur la foule de Carlistes faisant un mort, un an à peine après la mort de Franco . Robin made a 2003 film documentary titled Escadrons de la mort, l'école française (The Death Squads: The French School) that investigated the little-known ties between the French secret services and their Argentine and Chilean counterparts. Je n’ai eu aucun problème éthique, j’étais devant un tortionnaire, un violeur des droits humains. Et ensuite, pour se débarrasser des torturés, on les fait disparaître. Lutte contre les marxistes et les personnes supposées comme telles. Lorsqu’il a pensé que j’avais cessé de filmer, il a totalement changé, il s’est transformé et détendu, et c’est alors qu’il dévoile cet autre personnage, et il dit ce qu’il pense réellement : « Comment veux-tu tirer des renseignements, si tu ne tortures pas, si tu ne serres pas  » ? Et pour vaincre cet ennemi caché, entremêlé àla population, dépourvu d’uniforme, il fallait mettre en oeuvre les méthodes de la "doctrine française" ou "école française". Bignogne m’a reçu àcause du livre - qui sera édité par les éditions Sudamericana l’année prochaine, et qui portera le même titre que le film - et je me suis présentée comme historienne de l’extrême droite. Organisations terroristes et de guérilla des années 1970 et 1980, Université de la République, CSIC, et al. RISAL.info - 9, quai du Commerce 1000 Bruxelles, Belgique | E-mail . Dans l’Armée argentine, il existait un courant ultra-catholique intégriste, qui explique pourquoi l’influence des Français a été si importante. Au Honduras, des années 70 à la fin des années 90, l'escadron de la mort était le Battalion 3-16. Lors de la dissolution de l'escadron, beaucoup de ses hommes de main ont été immédiatement recrutés par l'armée pour poursuivre leurs pratiques mais cette fois-ci avec l'appui quasi-officiel de l'appareil d'État. La mission militaire française permanente àBuenos Aires, composée essentiellement de vétérans de la guerre coloniale en Algérie (1954-1962), est restée en place jusqu’en 1981, avec l’appui des gouvernements argentin et français. de guerres « antisubversives », techniques qu'ils ont ensuite exportées en Amérique latine, et même en Amérique du Nord. Dans un entretien avec le quotidien argentin Pagina 12, Marie-Monique Robin rappelle : « L’Etat Major argentin a proposé en 1959 un accord pour que des experts français donnent des cours et agissent en tant que conseillers payés par l’Armée argentine dans le domaine de la "guerre anti-subversive". Celle-ci fut créée par Jean Ousset, un ex-secrétaire de Charles Maurras, qui a été l’un des leaders de l’extrême droite en France. D'ailleurs, dans ce complexe réseau d'espionnage et groupes paramilitaires internationaux, de nombreux témoignages lors du massacre d'Ezeiza ont signalé la présence de conseillers qui parlaient en français [réf. Almiron a été retrouvé et capturé par Interpol en Espagne en décembre 2006. Je l’ai notamment utilisée pour la rencontre avec Bignone [le général Reynaldo Bignogne est nommé Président par la Junte en juillet 1982 ; alors que la crise du pouvoir est àson sommet suite àla guerre des Malvinas de 1982 contre la Grande-Bretagne de Thatcher, ndlr]. La Triple A a été fondée par José López Rega, également membre de la loge maçonnique italienne Propaganda Due (P2), impliquée dans la « stratégie de la tension » en Italie, avec l'aide d'Alberto Villar, vice-chef de la police fédérale argentine et participant de l'opération Condor, Rodolfo Eduardo Almiron, ainsi que l'agent de la SIDE (les services secrets argentins), Anibal Gordon[2], et son acolyte Raúl Guglielminetti[3],[4]. Dans cet épisode, des rumeurs indiquent aussi la présence de Stefano delle Chiaie, néofasciste italien impliqué dans la « stratégie de la tension », et dont la participation est aussi signalée lors du Massacre d'Ezeizaen 1973, le jour du retour e… (2008), Justicia argentina condenó delitos de la Triple A, El 'ultra' Guglielminetti llegó a Buenos Aires, Investigación Histórica sobre la dictadura y el terrorismo de Estado en el Uruguay (1973-1985), Operación Morgan: diez años de represión contra los comunistas, Front révolutionnaire de libération du peuple, Organisation 17-Septembre Sabra et Chatila, Forces armées révolutionnaires de Colombie, Ejército de Liberación Nacional de Bolivia, Affaire William Whitelaw et Rosario del Carmen Barredo, Dictature militaire au Brésil (1964-1985), Front révolutionnaire d'action prolétarienne, Groupes de résistance antifasciste du premier octobre, Groupes d'action révolutionnaire internationalistes, Front révolutionnaire antifasciste et patriote, Exército Guerrilheiro do Povo Galego Ceive, Quarter Moon Tribe of the Woodstock Nation, Armée secrète arménienne de libération de l'Arménie, Commandos des justiciers du génocide arménien, Comité pour la liquidation ou la destruction des ordinateurs, Coordination autonome des révoltés en lutte ouverte contre la société, Groupe d'offensive pour la radicalisation des luttes, Organisation révolutionnaire du 17-Novembre, Front Révolutionnaire de Libération du Peuple, Commando de défense de la civilisation occidentale, Armée républicaine irlandaise de la Continuité, Armée populaire de libération de la Turquie, Parti-Front populaire de libération de la Turquie, Union des Communistes Révolutionnaires de Turquie, Parti-Front Populaire de Libération de la Turquie/Avant-garde Révolutionnaire du Peuple, Ligue Marxiste-Léniniste de Propagande Armée, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Alliance_anticommuniste_argentine&oldid=174939153, Portail:Époque contemporaine/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. Bignone l’exprime très bien dans le film lorsqu’il dit textuellement : "L’ordre de bataille de mars 1976 est une copie de la bataille d’Algérie". Lorsqu’il vient àBuenos Aires - Grasset vit àla Rue Tucuman n°1561, 4e étage, appartement 37 - il entretient des liens avec la congrégation de Monseigneur Lefebvre, un évêque intégriste français qui a depuis été excommunié par le Vatican [Il est décédé en 1991 - né en 1905 ; la Congrégation a toujours son centre àEcône, en Valais-Suisse, sous le nom de Fraternité sacerdotale Saint Pie X, ndlr]. Le 21 novembre 1973, la Triple A essaie sans succès d'assassiner le sénateur Hipólito Solari Yrigoyen en piégeant une voiture.

Chant Du Geai, Si Vous Le Dites, Sicile Remboursement Vacances, Bon Coin Location Appartement Particulier 77, Météo Ariana 15 Jours, La Politique Budgétaire Cours Pdf Maroc,

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.